Vous ne pensez pas mériter votre diplôme ou votre nouveau poste ? Vous comparez sans cesse vos victoires à des hold-up ? Vous vous sentez indigne des compliments que vous recevez ? Faites attention, vous êtes probablement atteint du syndrome de l’imposteur. Les personnes qui éprouvent ce sentiment d’illégitimité justifient leur succès par toutes sortes d’éléments sauf leurs propres capacités. Leurs mots préférés ? La chance, le hasard et les concours de circonstances. Ces individus sont même persuadés que la vérité sur leur incompétence éclatera tôt ou tard. Vous vous reconnaissez dans ce portrait ? Vous en avez marre de plomber votre moral avec cet état d’esprit négatif ? Découvrez sans plus attendre les 4 clés du succès pour vaincre le syndrome de l’imposteur.

1. Prendre conscience de son syndrome de l’imposteur

Se débarrasser du syndrome de l’imposteur demande un véritable travail sur soi. Pour venir à bout de ce fléau, la première étape sera donc de comprendre comment il se manifeste chez vous. Dans ce sens, commencez par répondre aux questions suivantes :

  • Pensez-vous être surcoté ?
  • Avez-vous peur d’être évalué ?
  • Craignez-vous que les gens réalisent que vous êtes incompétent ?
  • Attribuez-vous vos victoires à la chance ?
  • Pensez-vous être incapable de répéter un succès ?
  • Avez-vous honte d’échouer ?
  • Êtes-vous généralement déçu de vous-même ?
  • Pensez-vous que les autres sont meilleurs que vous ?
  • Avez-vous tendance à négliger ou à banaliser vos accomplissements ?
  • Êtes-vous mal à l’aise lorsque vous recevez des compliments ?
  • Évitez-vous de parler de vos réussites ?

Si vous avez répondu « oui » à certaines de ces questions, pensez aux situations durant lesquelles ces sentiments apparaissent et réfléchissez aux inconvénients que cela vous pose. Même si cette démarche peut sembler inquiétante, vous commencerez à prendre réellement conscience du problème et de ses conséquences. Vous pourrez donc partir dans la bonne direction pour vaincre le syndrome de l’imposteur.

2. Se libérer mentalement de l’emprise du perfectionnisme

Vous avez l’impression d’être mauvais, même quand vous remplissez vos objectifs ? Vous n’acceptez aucun défaut et pensez que votre incompétence sera démasquée à la moindre erreur ? Cette sensation vous envahit au travail, mais aussi à la maison et dans vos loisirs ? Attention, vous êtes trop perfectionniste ! Vous devrez vous libérer de l’emprise de ce comportement pour vaincre le syndrome de l’imposteur.

En effet, lorsque vous visez l’excellence, il y a une limite que vous ne devez jamais franchir : celle de vous fixer des objectifs irréalistes en recherchant la perfection à tous les niveaux. À force d’échouer dans cette quête du résultat impossible à atteindre, vous douterez de vos compétences et aurez encore plus le sentiment d’être un usurpateur. Pire, vous ne vous rendrez même pas compte que personne n’aurait fait mieux à votre place.

Alors, prenez du recul par rapport au niveau d’exigence que vous vous imposez. Vous ne serez jamais Superman et n’avez pas besoin d’être parfait. D’ailleurs, même lui ne l’est pas ! Si vous donnez le meilleur de vous-même et si vous ne trichez pas, vous produisez déjà du travail de qualité. En cas de revers, dites-vous simplement que l’échec permet d’apprendre et de progresser. Il ne remet pas en cause vos compétences et fait encore moins de vous un imposteur.

3. Évaluer ses accomplissements pour vaincre le syndrome de l’imposteur

Vous craignez sans cesse de ne pas être à la hauteur ? Vous êtes persuadé que les gens vous surestiment ? Arrêtez de vous monter la tête ! Si votre employeur a décidé de vous accorder une promotion, ce n’est pas pour vous faire plaisir. Ça veut dire que vous faites du bon travail ! De même, si vous avez été sélectionné pour faire partie d’une équipe, ce n’est pas une question de chance. Cela signifie que vos qualités et votre potentiel ont été remarqués.

Alors, détendez-vous ! Vous n’êtes pas un imposteur et vos compétences sont bien réelles. Pour vous en convaincre, évaluez vos accomplissements :

  • Qu’avez-vous réalisé de satisfaisant dans votre vie ?
  • Quels sont vos plus grands succès ?
  • Quels challenges avez-vous su relever ?
  • De quoi êtes-vous particulièrement fier ?

En répondant à ces questions, vous vous rendrez compte que vous possédez d’excellentes capacités. Cette nouvelle perception de vous-même vous aidera à prendre confiance pour combattre le syndrome de l’imposteur. Ainsi, ne dévalorisez jamais vos réussites ! Elles ne sont pas le fruit du hasard. Dans une logique similaire, appuyez-vous sur les compliments que vous recevez. Ces derniers sauront parfaitement vous rassurer sur votre légitimité.

4. Arrêter de se comparer systématiquement aux autres

Malgré vos succès, vous pensez que vos collègues, vos amis ou les membres de votre famille sont meilleurs que vous ? Peu importe, cela ne change rien à vos compétences ! Alors, pourquoi vouloir faire des comparaisons ? En minimisant votre réussite et en glorifiant celle des autres, vous risquez de développer un sentiment d’infériorité qui nourrira encore plus votre syndrome de l’imposteur. Et cela, en dépit du fait que vous soyez très bon !

Lors d’une compétition, pensez-vous que le champion triomphe par erreur ? Évidemment, non ! Ce n’est pas un usurpateur. Sans travail et sans qualités, il n’en serait pas arrivé là. D’un autre côté, croyez-vous qu’un médaillé d’argent ou de bronze soit mauvais parce qu’il n’a pas l’or autour du cou ? Encore une fois, non ! Le podium ne sera peut-être pas le même la prochaine fois. C’est bien pour cela que les athlètes se focalisent sur eux-mêmes et évitent de se comparer à leurs adversaires.

Dans la vie quotidienne, le fonctionnement est similaire. Vos accomplissements sont dus à vos compétences et à vos efforts. Alors, inutile de vous comparer aux autres pour vous persuader que vous avez eu de la chance. De plus, si vous trouvez que certains réussissent mieux que vous, n’en profitez pas pour vous dévaloriser. Ne pas être le meilleur dans un domaine n’a jamais signifié être nul. Gardez toujours cela à l’esprit et vous avancerez dans la bonne direction pour surmonter le syndrome de l’imposteur.

Vaincre le syndrome de l’imposteur : le mot de la fin

Et voilà ! Vous savez désormais comment venir à bout du syndrome de l’imposteur. Néanmoins, ne croyez pas que posséder les bonnes armes rendra le combat facile. Pour le remporter, vous aurez besoin d’alliés importants : la patience et la constance. Ces derniers joueront un rôle crucial dans votre victoire. Enfin, souvenez-vous toujours d’une chose : vous êtes le seul à vous considérer comme un imposteur. Alors, soyez également indulgent et bienveillant envers vous-même !

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à suivre ma chaîne YouTube.